Sobriété énergique : « On n’a pas attendu que Mme Borne nous donne un coup de pied dans le dos pour agir »

« Nous n’avons qu’un seul moyen, moins de consommation d’énergie. « Le discours d’Elisabeth Borne a fait l’effet d’une douche froide, lundi 29 août, devant l’Université d’été du Medef (La REF, Rencontre des Entrepreneurs de France). Face à la hausse des prix de l’électricité, et alors que l’Europe vit sous la menace des coupures de gaz russes, le Premier ministre a appelé les entrepreneurs à agir.

Elisabeth Borne demande aux énergéticiens des « plans sobriété » depuis septembre

Le seul moyen d’éviter les « coupures de gaz brutales » cet hiver, c’est que chacun « fasse sa part », a-t-elle insisté. C’est pourquoi le chef du gouvernement a demandé à chaque entreprise de préparer un « plan sobriété » d’ici fin septembre. Objectif : réduire la consommation d’énergie de 10 % en deux ans. Elisabeth Borne a également demandé la nomination d’un « sobriété officer » dans chaque entreprise. Car « si on arrive à la rationalisation », a-t-elle prévenu, « les entreprises seraient les premières touchées ».

Un discours modérément apprécié

Un discours modérément apprécié

Dans les couloirs de l’hippodrome de Longchamp, où se tient l’école d’été du Medef, le discours du premier ministre a été modérément apprécié. « Nous n’avons pas attendu d’avoir un coup de pied dans le dos de Mme Borne pour agir », a déclaré Patrice Pennel, patron du groupe industriel REG SAS – basé à Maubeuge, Lens et Lille, le groupe de 150 salariés spécialisé dans la vannerie de pointe et fabrication d’appareils mécaniques. Voir l’article : Comment avoir une maison autonome en électricité ?. « Notre premier objectif est d’être compétitif avec des concurrents étrangers qui paient moins cher leur énergie », explique-t-il.

« La fin de l’abondance » : Mais de quelle sobriété parle le gouvernement ?

C’est la raison pour laquelle Patrice Pennel réfléchissait dès juillet à la réduction de sa facture d’électricité, qui représente un coût de plus de 400 000 euros par an (gaz et électricité). « Pour l’essence, je ne suis pas inquiet. Nous parviendrons à réduire les consommations de 10%, notamment en optimisant le planning de chauffage des ateliers et en arrêtant les lieux de chauffage non occupés. « Mais ce sera beaucoup plus compliqué pour l’électricité.

« Une machine, on ne peut pas réduire sa consommation. On peut imaginer que la pièce nécessite moins de traitement, mais nous y avons déjà pensé. Et nos machines fonctionnent déjà très bien. Nous ne le changerons pas pour utiliser moins d’énergie. »

De son côté, une cadre dirigeante du secteur bancaire explique que son groupe partage l’objectif d’une plus grande sobriété. « Mais ce n’est pas toujours facile de traduire notre ambition en actes », déplore-t-elle. Par exemple, nous souhaitons faire basculer notre flotte vers des véhicules électriques moins énergivores, mais les constructeurs ont du mal à s’approvisionner, le délai d’attente est de deux ans. »

Quelle surface pour 1 kWc ?
Lire aussi :
Quelle puissance pour autoconsommation ? En général, pour une consommation électrique annuelle…

« On ne peut pas réinventer son modèle économique en deux mois »

« On ne peut pas réinventer son modèle économique en deux mois »

Quant à Jean-François Faure, directeur d’Aucoffre.com, société d’achat et de stockage de métaux précieux basée dans la région bordelaise, il relativise l’impact du discours d’Elisabeth Borne. Voir l’article : Quelle est la batterie du futur ?. « Si un entrepreneur aujourd’hui seulement, en écoutant le premier ministre, se rend compte que l’énergie est un problème, il a raté quelque chose ! »

« La sobriété énergétique est notre meilleure assurance-vie »

Son entreprise est gourmande en serveurs informatiques, qui sont « extrêmement gourmands en énergie ». Cependant, ces serveurs appartiennent à des fournisseurs de services externes.

« Google et Amazon vont-ils réduire la consommation d’énergie de 10 %, comme le gouvernement nous le demande ? » Leur demandera-t-on de répondre aux mêmes objectifs que les entreprises françaises ? »

Aucoffre.com propose également une production artisanale de pièces en métaux précieux. « On ne peut pas baisser la température du four de 10 %, sinon le métal ne fondra pas », s’amuse Jean-François Faure. « Nous pouvons demander à notre partenaire d’éteindre un de ses fours. Mais ce n’est pas si simple : cela signifie-t-il que 10 % de ses effectifs seront à temps partiel ? A ses yeux, réduire la consommation d’énergie ne s’improvise pas : « On ne réinvente pas son business model en deux mois. »

Comment savoir si une batterie se charge ?
A voir aussi :
En effet, pour une batterie toute neuve, même les commerçants conseillent à…