Sa facture d’électricité et de chauffage est incroyable grâce à sa maison bioclimatique

La maison bioclimatique de Jean-Louis Gaby avant l’installation de panneaux photovoltaïques.

Tout lâcher pour construire sa propre maison bioclimatique ? C’est le choix de cet ingénieur, qui a abandonné son métier pour construire une villa expérimentale en Auvergne. Grâce à un parc de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques ainsi qu’à un système d’isolation très performant, sa facture énergétique ne dépasse pas 450 € par an.

L’éco-construction permet de créer des maisons particulièrement sobres, parfois autonomes voire « à énergie positive » dans certains cas. La plupart du temps, le soleil suffit à couvrir les besoins d’eau chaude, de chauffage et d’électricité.

Parfaitement isolées, elles retiennent efficacement la chaleur en hiver tout en la rejetant en été. Un concept qui malheureusement ne fait toujours pas l’unanimité dans les constructions neuves.

Lire aussi

Quitter son emploi pour auto-construire une maison bioclimatique

Quitter son emploi pour auto-construire une maison bioclimatique

Les 5 changements de comportement qui réduiront le plus votre empreinte carbone Voir l’article : Le chimiste Jean-Marie Tarascon, expert en stockage d’énergie, remporte la médaille d’or du CNRS 2022.

Cependant, il a été testé pendant des décennies et son efficacité est reconnue. A Tortezais (Allier), Jean-Louis Gaby est l’un des premiers particuliers à s’être lancé dans la conception d’une maison à très haute performance énergétique. En 1982, cet ancien ingénieur électromécanicien quitte son poste à l’Arsenal de Cherbourg pour se consacrer entièrement à la construction de sa villa bioclimatique.

« L’idée m’est venue lors d’une conférence donnée par un professeur de physique sur les dangers de l’énergie nucléaire », explique-t-il. « Je suis sorti anti-nucléaire, parce que j’ai vu qu’on me mentait pendant mes études. Ensuite, j’ai voulu montrer qu’on pouvait remplacer le nucléaire par le solaire », raconte l’actuel retraité.

La maison de Jean-Louis Gaby dans son état actuel (panneaux photovoltaïques à gauche, panneaux solaires thermiques à droite).

Comment a-t-il pu subvenir à ses besoins pendant plusieurs années sans travailler ? « Je partais d’un très bon salaire d’ingénieur dans les arsenaux. Avec mes économies, j’ai investi dans un logement qui me rapportait un loyer et ma femme travaillait », explique Jean-Louis Gaby.

L’homme réalise seul tous les travaux : des végétaux aux fondations, jusqu’à l’installation du dernier panneau solaire thermique en 1998, seize ans après la pose de la première pierre. Il profite désormais d’une habitation de 149 m² qui produit une grande partie de sa consommation d’énergie. L’essentiel vient du soleil : il lui permet de couvrir 80 % des besoins de chauffage et d’eau chaude sanitaire en moyenne tout au long de l’année.

Chimay : un projet pilote à Poteaupré, serres agri-voltaïques
Voir l’article :
Les Jardins de Poteaupré, des serres maraîchères surmontées de panneaux photovoltaïques, ont…

Solaire passif et solaire actif : quelles différences ?

Solaire passif et solaire actif : quelles différences ?

Lire aussi

Vivre dans une serre : ça vous tente ? Lire aussi : VOITURES ÉLECTRIQUES : Comment déployer une infrastructure de recharge dans un immeuble locatif.

40 % sont assurés par du solaire « passif », un système simplement basé sur un double vitrage peu émissif « qui conserve la chaleur à l’intérieur grâce à un revêtement sélectif », explique-t-il. Bien entendu, les rayons du soleil qui traversent ses 19 m² de baies vitrées (orientées majoritairement au sud, mais aussi à l’ouest et à l’est) sont captés dans le logement grâce à un revêtement sélectif unidirectionnel. La maison est donc chauffée par l’effet de serre.

Ces apports sont complétés par une énergie solaire « active » de 40 %, représentée par 20 m² de capteurs solaires thermiques en toiture. L’appareil permet de porter l’eau à environ 50°C pour le système de chauffage et 90°C pour l’eau chaude sanitaire.

Notre sondage : Rouler électrique vaut-il toujours la peine avec des prix qui flambent ?
Sur le même sujet :
Il n’y a jamais eu autant de voitures électriques en Belgique. En…

Un poêle à bois en complément

Un poêle à bois en complément

Comme la peinture des carrosseries noires d’origine s’estompait, elles ont été remplacées par de nouvelles carrosseries noires en 2013. Ceci pourrez vous intéresser : Autoconsommation, injection ou batteries : que choisir pour mes panneaux solaires ?.

Lire aussi

L’incroyable projet de restaurant à énergie solaire

Le système est tellement endommagé que la température dépasse parfois les 200°C. Pour éviter la surchauffe, Jean-Louis Gaby a installé en façade un radiateur de 20 kW. Ce ventilateur puissant disperse l’excédent de chaleur dans l’atmosphère, le temps de retrouver une température plus acceptable.

Batterie de stockage thermique innovante pour près de 100% d'autoconsommation photovoltaïque
A voir aussi :
Lorsque vous investissez dans des panneaux photovoltaïques, nous espérons tous économiser de…

Une excellente isolation thermique

Une excellente isolation thermique

Le réseau de chaleur est constitué de 600 m de canalisations en PEBD coulées dans la dalle béton. 260 litres de fluide caloporteur antigel (mélange d’eau et de propylène glycol) y circulent pour transférer la chaleur des capteurs solaires dans la maison et le ballon d’eau chaude de 150 litres.

Les 20% de chaleur restants sont fournis par un petit poêle à bois. « Je n’ai besoin que d’un mètre cube de bois qui me coûte entre 50 et 70 € par an », assure Jean-Louis Gaby.

Lire aussi

Chauffage au bois : économique et écologique, à condition de respecter les bonnes pratiques

Sa voiture électrique carbure au soleil

Sa voiture électrique carbure au soleil

Son logement est non seulement chauffé par une ressource renouvelable, il est aussi et surtout parfaitement isolé. Les murs porteurs sont constitués de 30 tonnes de blocs de béton « remplis de sable, pour assurer une meilleure inertie », explique-t-il.

A l’intérieur, les murs sont recouverts d’une couche de 10 cm de polystyrène expansé (EPS), de laine de verre ou de mousse de polyuréthane par endroits. La façade extérieure est isolée en bardage ou bardage bois et la toiture bénéficie de laine de verre de 20 à 30 cm d’épaisseur. Cette excellente isolation permet de se passer de la climatisation durant l’été. Les courants d’air des fenêtres suffiront à rafraîchir la maison selon le propriétaire.

Pose de revêtements isolants sur les façades extérieures.

Lire aussi

Isolation biosourcée : quel intérêt ?

Des apports énergétiques extérieurs très limités

Pour la production d’énergie, l’ancien ingénieur s’est concentré sur l’énergie solaire : cette ressource lui fournit de la chaleur, mais aussi de l’électricité depuis 2017. Son toit est équipé de 20 m² de panneaux photovoltaïques polycristallins d’une puissance de 2,7 kWc.

L’usine produit en moyenne 2 900 kWh par an, presque autant qu’elle en consomme. Jean-Louis Gaby dit consommer 3 000 kWh d’électricité chaque année, dont 1 500 kWh pour sa voiture électrique. Il a acheté une Citroën C-Zéro d’occasion achetée 9 000 € en 2015, avec laquelle il parcourt entre 10 000 et 12 000 km par an.

L’excédent de production solaire est automatiquement injecté dans le véhicule et dans les chauffe-eau, grâce à des délesteurs. Cependant, faute de batterie domestique, il doit souvent se résigner à l’injecter gratuitement sur le réseau public.

L’installation de panneaux solaires photovoltaïques en 2017.

Lire aussi

Quelle est la durée de vie d’un chalet en bois ?

Il construit sa propre centrale solaire avec batterie pour 4 000 €

Il est également contraint d’utiliser l’électricité du réseau lorsque les panneaux photovoltaïques ne fournissent pas assez d’énergie pour ses besoins, notamment en hiver.

Quels sont les inconvénients d’une maison en bois ?

Chaque mois, le retraité ne paie que 31 € de factures d’électricité. Un montant particulièrement faible pour une maison individuelle de 149 m². En incluant le coût du bois de chauffage, Jean-Louis Gaby paie une facture énergétique annuelle qui ne dépasse pas 450 €.

Quel est le prix d’un chalet de 100 mètres carrés ?

C’est peu : en 2020, la dépense moyenne de chauffage était de 1 369 € pour un particulier français utilisant une chaudière au gaz, 1 777 € pour les radiateurs électriques et 2 108 € pour une chaudière au fioul.

Quelle est la durée de vie d’un chalet ?

Lire aussi

Comment protéger le bois d’un chalet ?

Il construit sa propre centrale hydroélectrique et dit adieu à EDF

Pour en savoir plus : Page Facebook de Jean-Louis Gaby.

Quelle est la meilleure protection pour le bois extérieur ?

Afin que leur éventuelle dégradation n’atteigne pas la structure porteuse dont ils sont séparés par une lame d’air et un écran pare-pluie. La durée de vie d’une Construction Bois est donc estimée à plus de 100 ans.

Comment protéger le bois d’un abri de jardin ?

Comment vieillir un chalet en bois ? En vieillissant, le bois se patine et prend une teinte grise tout à fait normale, due à l’action conjuguée du soleil et de l’humidité. Cette patine n’est pas un signe d’altération du bois : sa résistance mécanique est toujours la même.

Quel produit pour protéger le bois extérieur ?

Fenêtres ouvertes, la chaleur rentre très vite et « s’infiltre » partout. L’entretien d’une maison en bois est l’un de ses plus gros inconvénients. Magnifique au premier abord, les intempéries et les effets des rayons ultraviolets grisent ensuite le bois.

Quel prix vendre ma maison ?

A partir de 40 000 euros environ et selon le modèle choisi et ses caractéristiques, un chalet en bois de 100 m² habitables est une option économique qui répond parfaitement aux besoins de toutes les familles en matière d’espace résidentiel ou de villégiature.

A quoi ressemble la vie de chalet ? Grâce à l’utilisation de bois récoltés en altitude, à croissance lente, la durabilité des planches augmente face aux intempéries, dans le Queyras certaines grumes ont plus de 300 ans !

Pourquoi attendre 5 ans avant de revendre sa maison ?

Teinture ou peinture La teinture est très populaire car elle laisse visible le grain naturel du bois. C’est aussi un produit de protection qui rend le bois plus résistant à l’eau et a un petit effet contre les champignons et les insectes. Lorsqu’il est coloré, il protège également le bois contre les rayons UV.

Comment calculer le prix de vente de sa maison ?

Comment protéger le fond d’un chalet en bois ? Placez les poutres légèrement en retrait de la charpente de l’abri, afin de ne pas avoir de stagnation d’eau sur le bois. Autre possibilité d’augmentation : un niveau de béton de plus de 10 cm sur le périmètre de l’abri, complété par une bande d’humidité contre les remontées qui se place entre le béton et le bois de l’abri.

Quelles sont les meilleures maisons ?

L’huile de lin, additionnée d’un peu de térébenthine, à utiliser par temps chaud (car elle pénètre mieux), est une protection classique. Peu coûteux et imperméable, retarde le grisonnement.

  • La lasure (ou peinture bois) est une protection qui doit être appliquée tous les deux ans. La lasure protège et décore le bois de manière durable. Il permet au matériau de respirer sans pénétrer. Protection de surface, il imperméabilise le bois et le protège des UV tout en empêchant le bois de grisonner.
  • De nombreux produits sont utilisés pour protéger le bois à l’extérieur. On peut citer ces 4 types génériques : lasure, saturé d’huile, vernis et peinture dont les trois premiers permettent de conserver le dessin et la structure naturelle du bois.
  • Pour connaître le prix moyen du marché immobilier, il vous suffit de vous rendre sur l’application DVF du Ministère de l’Economie et des Finances. Sur une carte tirée du cadastre, ce site répertorie toutes les transactions immobilières qui ont eu lieu ces dernières années.
  • Qui décide du prix de vente d’une maison ? Le prix de vente sera déterminé et indiqué par les parties à la vente. Dans la majorité des cas, le prix est fixé purement et simplement dans le mandat, et indiqué dans le compromis. La loi permet cependant de se référer à un prix qui, bien que non encore déterminé, est déterminable.
  • On dit qu’il faut attendre 5 ans avant de revendre son bien pour amortir les frais liés à l’achat d’un bien immobilier. Cependant, la loi n’impose aucun délai pour la revente d’un bien !
  • Calculer le prix de revient Il se calcule de manière simple : il suffit d’ajouter le prix d’achat, les frais d’acquisition (droits de mutation onéreux, frais de notaire) et le coût des travaux réalisés. Le paiement hypothécaire et les intérêts du prêt ne sont pas pris en compte.
  • Les 10 plus belles maisons du monde : notre sélection
  • Villa Omnia, Cap Ferret, France. …

Villa Hanoï, Saint-Tropez, France. …

Quelle est la durée de vie d’une maison ossature bois ?

Mas Belle Hélène, Provence France. …

Quel est le meilleur type de maison ?

Villa A Nepita, Corse, France. …

Est-ce que le bois est résistant ?

Villa Carragueira, Comporta, Portugal. …

Villa Bleue, Ibiza, Espagne. …

Qu’est-ce que du bois durable ?

Villa Trea, Marches, Italie. …

Quel est le bois le plus résistant ?

Villa Gaia, Grèce occidentale.

Quelle est la résistance du bois ?

Quel est le meilleur constructeur de maison ? Habitat Concept vient d’être élu MEILLEURE MARQUE 2021 pour sa QUALITÉ DE SERVICE par le magazine Capital. Nous sommes arrivés deuxièmes dans la catégorie CONSTRUCTEURS DE MAISONS INDIVIDUELLES.