Les constructeurs sont-ils intéressés à réglementer leurs véhicules électriques ?

Si les constructeurs n’avaient rien à voir avec la fin de vie des voitures à essence ou diesel, ce ne serait peut-être pas le cas des électriques. Tendons of War: Battery Metals .

Carlos Tavares, directeur de Stellantis, a (à peine) ironisé sur la possibilité d’un manque de ressources pour que tous les fabricants passent à l’électrique. Y aura-t-il assez de batteries pour tout, notamment tous les objectifs commerciaux ambitieux à atteindre ? L’avenir nous le dira. Mais une chose est certaine, le nickel, le lithium et le cobalt sont très demandés. A tel point que les constructeurs pourraient décider de reprendre le contrôle de « leurs » véhicules. Même s’ils ne leur appartiennent pas, car il y a quand même une partie de la population qui choisit d’acheter sa voiture au lieu de la louer en LOA ou LLD.

Récupérer les voitures électriques en fin de vie

Récupérer les voitures électriques en fin de vie

Pour construire leurs voitures électriques, les constructeurs achètent indirectement des matières premières, signant des contrats de fourniture de batteries « équivalentes » de GWh. Mais derrière, ils achètent surtout des métaux. Sur le même sujet : TotalEnergies met en service une deuxième unité de stockage de batterie de 25 MW. S’ils n’avaient jamais été trop préoccupés par le coût de fabrication des équipements thermiques, dépendant de l’acier, de l’aluminium et de métaux bien plus courants, ils se seraient peut-être dit que récupérer de l’électricité en fin de vie serait un formidable atout financier.

Lire aussi : Voici comment la Chine domine le monde des voitures électriques

Au lieu de payer à nouveau pour produire des batteries à partir des métaux extraits par les pays monopolistiques (Chine, Australie, Congo, etc.), les groupes automobiles pourraient ainsi recycler « leurs » propres batteries en fin de vie pour les remettre en circulation dans de nouveaux véhicules. . De cette façon, ils auraient le contrôle de leurs batteries, au lieu de faire appel à des tiers pour s’occuper de leur récupération et de leur recyclage.

Et peu importe si la forme et l’intégration de la batterie ont changé entre-temps : une cellule est une cellule, et les batteries contiendront toujours du lithium (du moins dans la chimie actuelle). Et vu le prix du métal, le recyclage pourrait éventuellement être plus intéressant que l’achat de matières premières auprès des industriels…

Incendies/météo. Macron près des fourneaux en Gironde, canicule au moyen-orient : ce qu'il faut...
Ceci pourrez vous intéresser :
Incendies, canicules, tempêtes… Suivez en direct les événements climatiques qui ont frappé…

Quelle est la durée de vie d’une batterie de voiture électrique ?

Quelle est la durée de vie d'une batterie de voiture électrique ?

La réponse à cette question dépend de trop de facteurs pour être catégorique. La plupart des fabricants garantissent leurs emballages pendant 8 ans (environ 10 ans ou plus, mais c’est moins courant). Ce qui ne veut évidemment pas dire que la batterie sera inutilisable après 8 ans ou 160 000 km. Il s’agira principalement de recharger. Les conducteurs qui utilisent leur véhicule électrique pour de courts trajets rechargent généralement à domicile, en utilisant des prises à faible puissance. Cela limitera l’échauffement de la batterie (entraînant la formation de « dentrite » interne, ce qui accélère le vieillissement de la batterie). En revanche, les personnes qui chargent régulièrement sur des bornes puissantes et rapides constateront forcément une durée de vie raccourcie, à moins d’avoir une batterie au refroidissement très complexe (comme celle de la Porsche Taycan). D’autres facteurs, tels que le maintien du « SoC » (état de charge) entre 20 et 80 %, contribuent à prolonger la durée de vie de la batterie. A voir aussi : La toute première batterie à hydrogène domestique : quelle est son importance ?. Globalement, l’usure de la batterie suit une courbe logarithmique : très élevée les premières années, puis « s’amenuisant » par la suite. Mais chaque cas est différent : le type de chimie (LFP, NMC…), le refroidissement, l’utilisation, tout va affecter la santé de la batterie. Et puis, une batterie qui tombe à 70% de sa capacité de charge ou moins ne doit pas être jetée. Il s’écoulera simplement plus rapidement.

Comparez l’autonomie réelle des meilleures voitures électriques selon notre cycle de test standardisé. Capacité de la batterie, consommation, autonomie, on vous dit tout !

A l'avenir - Plus économique, plus verte : comment changer notre maison ?, à la télé
Voir l’article :
Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour assurer l’envoi…

Renault, Audi… les constructeurs recyclent

Renault, Audi... les constructeurs recyclent

Les exemples de fabricants qui communiquent sur le recyclage des batteries ne manquent pas. Sauf qu’ils n’ont pas grand chose à manger pour l’instant. Si à l’époque des premières électriques on estimait la durée de vie de la batterie à 8/10 ans, il semblerait qu’elles aillent plus loin avant de prendre leur retraite. 12 voire 15 ans. Fini le temps des premiers appareils électriques « grand public », comme la Renault Zoe Mk1 ou la Nissan Leaf de première génération. Voir l’article : Guerre en Ukraine en direct : deux grandes installations de stockage de céréales ont été bombardées dans la ville de Mykolaïv. En d’autres termes : nous n’en sommes pas encore au point où les fabricants peuvent collecter des centaines de milliers de batteries pour les recycler. Cependant, le secteur s’organise. Renault a déjà un contrat de recyclage et un projet pilote unique, en partenariat avec Veolia et le chimiste Solvay. L’objectif est de construire un « écosystème circulaire des métaux issus des batteries électriques en Europe ». Récupérer les batteries (de Veolia), les démonter, recycler chaque composant et métal, puis récupérer les matières premières pour fabriquer de nouvelles batteries.

« Une fois le diagnostic posé et la batterie sécurisée grâce à la chute de tension progressive, la phase de déconstruction et d’écrasement des composants et des cellules commence, avant l’extraction effective des métaux contenus. Les composants non cellulaires sont réutilisés ou recyclés pour alliages spécifiques dans de nouvelles applications industrielles (aluminium, câbles, acier, plastiques…), spécifié par Véolia en 2021.

Ce procédé s’est jusqu’à présent avéré trop coûteux pour être compétitif avec le prix des métaux bruts, mais ces deux dernières années, leur cour s’est agrandie. Et puis, sans aller jusqu’au recyclage, les constructeurs peuvent aussi utiliser ces batteries « usagées » (qui constituent souvent environ 60 à 70 % des SoC, trop peu pour les clients automobiles, mais tout de même assez pour d’autres usages) dans les bâtiments. Des unités de stockage très intéressantes, qui offrent également la possibilité de « tamponner » en cas de panne de courant. Quelque chose qui de nos jours n’est plus hors de question en 2022.

Darmanin retarde le projet de loi sur l'immigration, à la demande de Matignon
Ceci pourrez vous intéresser :
PARIS : Gérald Darmanin a été contraint de reporter un examen mercredi…

L’exemple Volkwagen

L'exemple Volkwagen

L’année dernière, Volkswagen a annoncé qu’il travaillait sur un tout nouveau format commercial. Après le premier bail, l’idée serait de rendre la voiture au bail (surtout le LLD) une fois voire deux. Le but serait ainsi d’amener la voiture en fin de vie, sans qu’elle quitte la « maison » de Volkswagen, qui en restera propriétaire jusqu’au bout. « La durée de vie de la batterie est d’environ 350 000 km ou 1000 cycles. La batterie a donc de bonnes chances de durer plus longtemps que le véhicule, et nous voulons garder la main sur ces batteries », expliquait Herbert Diess lorsqu’il était encore à la tête du groupe Volkswagen. . Son départ a peut-être remis en question ce nouveau système de location, mais il semble si intéressant pour le constructeur sur le papier qu’il est difficile d’imaginer que les supérieurs allemands l’oublient complètement. Rentabiliser la construction d’une voiture avec deux voire trois contrats de leasing pour éventuellement récupérer la batterie (pour être recyclée ou utilisée comme unité de stockage pour l’industrie) semble pertinent sur le papier. Quoi qu’il en soit, tant que le prix du métal sera aussi élevé.

Quel est le futur de la voiture électrique ?

Quel est le futur de la voiture électrique ?

Le point de départ est celui-ci, la Toyota BZ4X, qui passe du concept à la production et devrait être sur la route en 2022. Toyota prévoit en fait de mettre 30 voitures électriques sur la route d’ici 2030, alors prenez cela comme point de départ.

Les voitures électriques sont-elles l’avenir ? La voiture électrique, avec la voiture autonome, est certainement la voiture du futur de l’automobile. La combinaison des deux technologies est une nouvelle direction dans laquelle les constructeurs automobiles travaillent.

Quelles sont les futures voitures électriques ?

  • Tesla Modèle 3.
  • Tesla Modèle Y.
  • Peugeot e-208.
  • Renault Zoé E-Tech.
  • Peugeot e Expert.
  • Fiat 500e.
  • Kia Niro EV.
  • Hyundai Kona électrique 64 kWh.

Quelle voiture électrique en 2025 ?

Volkswagen prépare sa prochaine voiture électrique polyvalente, l’ID. 2 moins de 25 000 £. Il prendra le relais d’e-Up ! qui se déroulera jusqu’en 2025.

Pourquoi les voitures électriques sont le futur ?

Voitures pratiques avec peu d’entretien. Les véhicules tout électriques offrent des performances attrayantes avec des moteurs non seulement silencieux et souples, mais qui nécessitent moins d’entretien et de réparations que les voitures à moteur à combustion interne.

Quel est le prix pour 100 km en véhicule électrique ?

Recharge Pour connaître le prix de la recharge, basez-vous sur la consommation de la voiture et le prix du kilowattheure. Un véhicule électrique consomme entre 12 et 20 kWh/100 km, et le prix du kilowattheure est d’environ 0,1582 € TTC. Ainsi, le prix moyen d’un trajet de 100 km sera de 3 €.

Comment calculer le coût de recharge d’une voiture électrique ? Le calcul est assez simple pour la recharge à domicile. Il suffit de prendre la consommation de votre voiture électrique, qui se situe en moyenne entre 12 et 20 kWh/100 km, et de la multiplier par le tarif du kilowattheure de votre fournisseur d’énergie.

Est-il rentable d’acheter une voiture électrique ?

Selon une étude menée par l’UFC (L’Union Fédérale des consommateurs) Que-Choisir en juin 2021, un véhicule électrique neuf permettrait d’économiser jusqu’à 1 750 € sur une durée de 4 ans, par rapport à une voiture à essence.

Quelle voiture électrique pour 120 km par jour ?

Côté marques et modèles, vous aurez le choix entre la Honda Civic, la marque Volkswagen Polo, l’Audi A1 haut de gamme ou encore la sublime Ford Fiesta. Il y a aussi la Peugeot 208 et la Renault Clio qui peuvent faire rêver.

Quel est le prix du Kilowatt-heure pour recharger une voiture électrique ?

Il est en moyenne de 0,18 ⬠aux heures de pointe. Consultez-le avant de le multiplier par la consommation de votre voiture électrique. En moyenne, elle se situe entre 12 et 20 kWh/100 km.

C’est quoi une voiture écologique ?

C’est un véhicule qui ne produit pas (ou très peu) d’émissions polluantes lors de son utilisation. Ces émissions polluantes sont mesurées au kilomètre. Exemple : 20 g CO2/km.

Quelle est la voiture la plus écologique ? La Tesla Model 3 a été reconnue comme l’une des voitures les plus vertes en 2021.

Comment rendre une voiture écologique ?

Avant toute chose réduisez votre vitesse en roulant, cela diminuera vos émissions de CO2. Alors adoptez une conduite plus douce, ne roulez pas trop vite et attendez-vous à un freinage. Si vous conduisez en ville et faites des arrêts fréquents, pensez à couper le moteur dès que vous le pouvez.

Quelles sont les voitures écologiques ?

Voici les 12 véhicules les plus écologiques de l’ACEEE pour 2021 :

  • Hyundai Ioniq électrique ; note écologique : 70.
  • MINI Cooper SE électrique; note écologique : 70.
  • Toyota Prius haut de gamme ; note écologique : 68.
  • BMW i3 ; note écologique : 68.
  • Feuille de Nissan ; note écologique : 68.
  • Honda Clarté ; note écologique : 66.

Pourquoi les voitures électriques sont bonnes pour l’environnement ?

Une voiture électrique n’émet pas de gaz à effet de serre car elle s’appuie sur une batterie pour alimenter le moteur et ne brûle pas de carburant en interne. Elle nécessite également des fluides polluants moins nocifs, tels que l’huile moteur et les liquides de refroidissement.

Pourquoi une voiture électrique est-elle écologique ? Une voiture électrique en fonctionnement ne produit quasiment aucune pollution. En effet, lorsqu’il roule, il n’émet pas de gaz à effet de serre, de particules fines, de gaz nocifs ou de nuisances sonores comme un moteur thermique.

Quel est le bilan écologique d’une voiture électrique ?

En moyenne, on estime qu’une voiture électrique émet 100 g de CO2e par kilomètre. Le même modèle à essence émet 200 à 250 g de CO2/km. C’est deux fois plus !

Est-ce que les voitures électriques sont bonnes pour l’environnement ?

Tout au long de son cycle de vie, un véhicule électrique est meilleur pour l’environnement qu’un véhicule à essence. Un véhicule électrique émet beaucoup moins de gaz à effet de serre (GES) qu’un véhicule à essence.

Quels sont les avantages des voitures électriques ?

Avantages d’une voiture électrique

  • Pas de polluants atmosphériques et pas d’émissions de CO2 lors de l’utilisation. …
  • Un bel avenir. …
  • Tranquillement. …
  • Utilisation économique. …
  • Faible entretien. …
  • L’impact de ses batteries. …
  • La charge reste une limitation. …
  • Temps de charge et disponibilité des bornes.

Est-il rentable d’acheter une voiture électrique ?

Selon une étude menée par l’UFC (L’Union Fédérale des consommateurs) Que-Choisir en juin 2021, un véhicule électrique neuf pourrait permettre d’économiser jusqu’à 1 750 euros sur une durée de 4 ans, par rapport à une voiture à essence.

Est-ce rentable d’avoir une voiture électrique ? Des économies quel que soit le profil du conducteur C’est en tout cas ce que confirme cette étude. En effet, une voiture électrique permettrait d’économiser : 1 275 € par an pour une grande roue (20 000 km par an et plus) par rapport à une voiture à essence, et 725 € par an si on la compare à une voiture diesel.

Quelle est la durée de vie d’une voiture électrique ?

La durée de vie d’un moteur électrique moderne est estimée à plusieurs millions de kilomètres(2). Pour une utilisation moyenne (30 à 40 km par jour, soit 20 000 km par an), le moteur pourrait donc fonctionner parfaitement pendant plus de 50 ans !

Quels sont les inconvénients de la voiture électrique ?

Inconvénients d’une voiture électrique

  • Il n’y a pas que du nickel dans les piles. La production de batteries pour voitures électriques pose des problèmes environnementaux et sociaux majeurs. …
  • La charge reste une limitation. …
  • Temps de charge et disponibilité des bornes. …
  • C’est cher à l’achat.

Quand une voiture électrique devient rentable ?

Dans la plupart des scénarios, la rentabilité est atteinte immédiatement ou après plusieurs années. Les petits conducteurs sont ceux qui doivent attendre le plus longtemps pour atteindre la rentabilité. Par exemple, pour quelqu’un qui parcourt 12 000 km par an, une citadine électrique s’amortit en 5 ans environ.