Directement – le cas de Sophie Le Tan. Sur Facebook, Reiser aimait les photos érotiques de femmes asiatiques

Jean-Marc Reiser est jugé à Strasbourg depuis lundi 27 juin pour le meurtre de Sophie Le Tan. Suivez en direct la troisième journée de ce procès, dont le verdict est attendu le mardi 5 juillet.

?

Par Antoine BONIN, Pascal COQUIS et Jean-François BADIAS (édité par Florian HABY, illustration Juliette MARIAGE) –

?

Aujourd’hui à 15h50

?

| mis à jour aujourd’hui à 16h23

– Temps de lecture : &#xD ;

?

?

?

?

?

?

| ?

15h50 Xavier Metzger, un autre avocat de Jean-Marc Reiser, souligne qu’aucune des autres jeunes femmes qui étaient venues seules [en réponse aux annonces de location publiées sur Le Bon Mint] n’ont été rencontrées par Jean-Marc Reiser. Le défenseur veut démontrer qu’il n’a pas agi comme un prédateur traquant sa proie, qu’il n’a pas mis en scène un système.

15h45 Les avocats de la défense interrogent à leur tour Sarah Jammet. Maître Francis Metzger attaque la perspective depuis l’appartement de Jean-Marc Reiser. Il nie que l’on puisse voir l’entrée de la route de Bischwiller 54 depuis le balcon de l’immeuble de la rue Perle, comme le rapportent les enquêteurs. Jean-Marc Reiser cuisine dans sa loge quand Sarah Jammet se dispute.

Reiser se méfie du système en général, pas seulement du pouvoir judiciaire. Il a presque tout payé en liquide

Les jours suivant la disparition de Sophie Le Tan, une forte odeur se dégageait du local poubelles de l’immeuble de la rue Perle à Schiltigheim, selon des voisins

Les jours suivant la disparition de Sophie Le Tan, une forte odeur se dégageait du local poubelles de l'immeuble de la rue Perle à Schiltigheim, selon des voisins

15 h 40 Interrogée par l’avocat général Laurent Guy qui rappelle que Jean-Marc Reiser avait fait la remarque que Jean-Marc Reiser achetait les nombreuses cartes téléphoniques qu’il utilise en liquide, Sarah Jammet répond : « Reiser a une méfiance générale envers les système, pas seulement le système judiciaire. Ceci pourrez vous intéresser : Power station dcbel r16, borne complète pour VE et maison. Il payait presque tout en espèces. »

15h30. L’avocat des parties civiles, Maître Gérard Welzer, s’est exprimé après la déposition du commissaire Jammet. Il souligne les mensonges de Jean-Marc Reiser en garde à vue, notamment lorsque, évoquant la possibilité que l’ADN de Sophie soit présent à la maison, il dit « Impossible ! » appels.

15h25 La commissaire de police Sarah Jammet poursuit son intervention : « Absolument rien ne pouvait prouver que Sophie Le Tan et Jean-Marc Reiser se connaissaient auparavant. »

« Jean-Marc Reiser a bien fait de dresser la liste qu’il a trouvée chez lui des pays qui n’ont pas de traité d’extradition avec la France. Il expliquera que c’était pour un ami emprisonné. »

« Il y a plus de 1000 minutes dans ce dossier, des dizaines d’auditions de témoins, mais c’est la technique qui nous a permis d’identifier Jean-Marc Reiser. »

15h10 Les pièces de procédure sont projetées au jury : photos retrouvées sur l’appareil photo de Jean-Marc Reiser, photos de son appartement, photos des traces de liquide révélées par la réaction à Blue Star, mais aussi captures d’écran d’un compte Facebook qu’il aimé et qui a été créé à partir d’images érotiques de femmes asiatiques, etc.

L’enquête montre que Jean-Marc Reiser a en fait mis au point un stratagème

Sarah Jammet, commissaire de police

15h. « Tout au long de l’enquête, rappelle la commissaire Sarah Jammet, Jean-Marc Reiser a fourni des versions adaptées au déroulement de l’enquête. Enfin, il a avoué avoir croisé par hasard Sophie Le Tan dans la rue et s’être blessé. Il s’était proposé de prendre soin d’elle. Il a dit: « Je ne prétends pas être un génie, mais on m’a crédité d’intelligence. Je n’aurai pas fait l’erreur de prendre rendez-vous au rez-de-chaussée de ma maison. » »

Le 19 janvier 2021, il avouera enfin avoir tué, démembré et enterré le corps de Sophie Le Tan.

« L’enquête montre que Jean-Marc Reiser a en fait mis au point un stratagème », explique Sarah Jammet.

14h50 Le policier revient maintenant sur le 7 septembre 2018, jour de la disparition de Sophie Le Tan. « Le 7 septembre à 7h35, le téléphone de Sophie Le Tan était restreint au 54 route de Bischwiller [à Schiltigheim]. Deux voisins ont été témoins de sa présence à 9 h 40 rue Perle. »

« Des témoins diront que dans les jours qui ont suivi une forte odeur s’est dégagée des lieux et notamment du local poubelle. La veille des faits, toutes les lignes « anonymes » de Jean-Marc Reiser sauf deux ont été supprimées. »

Vendredi, jour de la disparition de Sophie. Jean-Marc Reiser a existé par ses absences. Il ne va pas aux Restos du Coeur comme d’habitude, n’utilise pas internet, ne va pas à une sortie de groupe à laquelle il est inscrit, ne sort pas manger avec sa copine.

Jean-Marc Reiser n’a pas hésité à contester les faits, n’a pas accepté que les enquêteurs mettent en doute son intelligence

Sarah Jammet, commissaire de police

14h45 L’inspecteur Jammet revient sur la personnalité de Jean-Marc Reiser à travers les interrogatoires de ses anciens compagnons.

14h40 « Jean-Marc Reiser n’a pas hésité à contester les faits, n’a pas accepté que les enquêteurs mettent en cause son intelligence », conclut Sarah Jammet. A l’écouter : « Il ne connaissait pas Sophie Le Tan, elle n’était jamais venue chez lui et il n’avait jamais publié d’annonces. Il nous est rapidement apparu que nous allions rechercher le corps de Sophie Le Tan. »

Les grandes étapes de l’affaire Sophie Le Tan (cliquez sur les flèches pour faire défiler).

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

Si vous cliquez sur « J’accepte », des cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser le contenu de Genially (en savoir plus).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez l’installation de cookies et autres traceurs pour stocker vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

?

Vous avez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de confidentialité. ?

Gérer ma sélection

(Infographie ADN L’Alsace/Céline ROUSSEAU et Pierre-Loïc MATTLER)

2h30. « Les perquisitions chez Jean-Marc Reiser ont révélé que l’appartement avait été méticuleusement nettoyé, y compris les égouts », se souvient Sarah Jammet.

Vous ne trouverez aucun ADN dans ma maison

Jean-Marc Reiser aux enquêteurs

Le commissaire a rappelé que Jean-Marc Reiser a nié connaître Sophie Le Tan et a déclaré : « Vous ne trouverez aucune preuve ADN sur moi ». Il a également été formel sur les publicités sur la pièce Le Bon : il n’en avait pas publié. Concernant le fait que du sang a été retrouvé chez lui, il a expliqué qu’il avait dû se couper.

« Confronté à la fin de sa garde à vue au fait que l’ADN [trouvé à son domicile] était celui de Sophie Le Tan, il a décidé de garder le silence. »

14h10 La commissaire de police Sarah Jammet retrace le lien. « Il était évident pour la famille que la disparition était inquiétante. »

Deux jeunes femmes s’étaient signalées sur les réseaux sociaux, souhaitaient également louer un appartement et avaient des rendez-vous à Schiltigheim qui n’ont pas été tenus. « Nous avons fait des investigations sur place, y compris avec des chiens, qui n’ont pas abouti », a précisé le commissaire.

« Il est apparu très tôt que plusieurs numéros de téléphone différents étaient utilisés par la société de location. En parallèle, une recherche technique a été menée, notamment auprès de la société Le Bon Coin, qui a permis d’identifier trois annonces correspondantes. Le premier est venu d’un certain « Pierre », qui était en fait Jean-Marc Reiser. Une deuxième annonce également par « Pierre » deux jours plus tard et une troisième publiée par un « Henry ». Ce qui est certain, c’est qu’il s’agissait d’une seule et même personne. »

« Nous avons identifié un parc de huit téléphones portables utilisés par une seule personne », poursuit l’inspecteur. Cinq numéros ont été utilisés sous des identités fictives. Le fonctionnement de cette flotte de téléphones a été suspendu la veille et le jour de la disparition de Sophie Le Tan. »

14h05 La première à comparaître devant le tribunal est la commissaire de police Sarah Jammet. Elle a rappelé que l’enquête était confiée à la police judiciaire de Strasbourg, et notamment à la brigade anti-violence.

14h00 L’audience se poursuit. L’après-midi est consacrée à l’audition des enquêteurs. L’un des trois enquêteurs prévus touchés par le Covid, seuls deux d’entre eux viendront témoigner.

L’avocat des parties civiles, Maître Gérard Welzer, et des membres de la famille de Sophie Le Tan ont témoigné en fin de matinée :

11h50 Le dernier témoin de la matinée est une amie de fac de Sophie. « C’était la personne la plus attentionnée que j’ai rencontrée de ma vie, que ce soit avec ses proches ou en donnant à manger aux personnes dans le besoin », résume la jeune femme. Elle a bien vécu. Elle voulait vivre. »

11h45 Maître Pierre Giuriato, l’avocat de Jean-Marc Reiser, demande à Valentin comment Sophie aurait réagi si quelqu’un l’avait embrassée sur la bouche. « Elle l’aurait repoussé », répond le témoin. En effet, Jean-Marc Reiser affirme avoir tenté une approche physique, qu’elle a repoussé avec véhémence par des insultes, ce qui aurait provoqué chez lui « un accès de colère ».

11h30 du matin. Valentin, le « dragueur en herbe » de Sophie avant sa disparition, vient à son tour témoigner. « J’ai rencontré Sophie en février 2018 », se souvient l’animatrice périscolaire de 30 ans. Nous avons discuté. Le courant était plutôt bon. Nous avons échangé quelques messages. Nous nous sommes revus en juin au gymnase. Ça s’est accéléré en août quand on s’est vus à l’extérieur du gymnase. J’ai rencontré une fille adorable, gentille et bienveillante [il sanglote]. »

« Fin août, nous sommes allés nous promener ensemble autour d’un lac. Je lui ai dit qu’elle s’était vraiment attachée à moi. Elle a eu un frein à cause de la différence d’âge [6 ans d’écart avec Sophie], mais elle a tout de même apprécié passer du temps avec moi. »

Elle m’a envoyé son dernier message vendredi [août. septembre 2018 à 8h02], je me souviens. Mon message de réponse, elle ne l’a jamais ouvert

Valentin, le « Flirt » de Sophie Le Tan avant sa disparition

« Le 5 septembre [soit deux jours avant la disparition de Sophie, ndlr]. Red.] J’ai passé la journée avec elle. Je lui ai préparé le petit déjeuner, nous avons préparé la nourriture ensemble. Je n’ai pas vu le temps passer, j’avais l’impression de pouvoir lui parler pendant des heures. Quand je l’ai ramenée à la maison le soir, elle m’a demandé de gagner sa confiance. Elle avait vraiment besoin de ça. Les derniers mots que je lui ai dits ont été « ne t’inquiète pas, on prendra notre temps ». Nous nous sommes embrassés. Le lendemain, nous avons échangé des messages. Je lui ai dit que j’avais un cadeau pour son anniversaire. Elle m’a envoyé son dernier message vendredi à 8h02, je m’en souviens. Je lui ai envoyé un texto pendant la pause, il n’a jamais ouvert. »

11h20 Le dernier à enregistrer les parties civiles est Laurent Tran Van Mang. Le cousin de Sophie est le « porte-parole » de la famille auprès des médias depuis le début de l’affaire.

« Jean-Marc Reiser n’a jamais levé la tête pour regarder les parties civiles », remarquait d’emblée Laurent Tran Van Mang. « J’ai vu la famille grandir et prospérer en France. Ils rayonnaient de bonheur et de joie. Le 7 septembre 2018, Jean-Marc Reiser a détruit ce bonheur et cette famille. »

Le plus grand perdant est M. Reiser. Sophie est peut-être morte, mais elle est toujours avec nous.

Laurent Tran Van Mang, cousin de la victime

Après avoir remercié les membres de l’association Icared, qui a toujours soutenu la famille, la cousine de Sophie Le Tan décrit « une atmosphère de mort, de vide, de douleur très palpable dans la famille. Tout le monde s’est retiré, c’est très difficile. Je souffre beaucoup. J’espère que justice sera rendue comme il se doit. »

« Au départ, nous espérions ramener Sophie à la maison. Vous auriez dû entendre son père crier le prénom de Sophie dans les rues de Strasbourg et de Schiltigheim alors qu’ils la cherchaient encore. L’incident de la lame de scie a complètement anéanti tout espoir [le rapport révélait la présence du sang de Sophie sur une scie appartenant à Jean-Marc Reiser]. Lorsque nous avons retrouvé le corps, ce fut un second choc extrêmement brutal. Quand on apprend ce qui s’est passé, c’est ignoble. »

Mais « le plus grand perdant est M. Reiser. Sophie est peut-être morte mais elle est toujours parmi nous », conclut Laurent Tran Van Mang.

Nous voulons que le danger public posé par l’accusé soit puni

Nadine, cousine de Sophie LeTan

11h15 « Ce qui est repoussant pour nous, c’est qu’on est face à un récidiviste », plaide Nadine, une cousine de Sophie qui est désormais aux manettes. Toute cette calamité aurait pu être évitée s’il n’avait pas été libéré. » Autre point d’agacement pour les proches : « Nous avons dû attendre 48 heures pour les recherches. Pendant ce temps, le prévenu a pu peaufiner son plan. Ce que nous attendons de ce processus, c’est que justice soit rendue. Que d’autres familles ne soient pas affectées par la tragédie que nous vivons, par la terreur qui nous habite chaque jour. Faire punir le danger public que représente l’accusé. »

11h05 Le tribunal entend le témoignage de Tri Le Tan, le père de Sophie, également assisté d’un interprète. « La famille n’a pas encore reçu de demande de pardon du meurtrier de Sophie », déplore-t-il par avance. Il loue aussi longuement l’altruisme de Sophie envers ses proches : « Sophie est comme le bras droit de la famille. Notre famille est comme un phénix qui a perdu une aile et qui est blessé à jamais. »

[L’absence de Sophie] est une grande douleur. C’est comme un petit feu qui brûle lentement et ne s’arrête pas tous les jours

« L’assassin prévoyait [de tuer Sophie] à l’avance, songe Tri Le Tan. Pendant des années, il n’a pas voulu admettre qu’il n’était pas responsable. C’est pathétique, c’est l’horreur. Sophie a perdu son ordinateur, son portable, son argent, son sac. où est tout cela L’accusé est une personne très dangereuse avec un terrible passé. Il est très intelligent, rusé, il peut faire croire à n’importe qui en son innocence. Est-ce qu’il maintient ses actions? »

11h « J’ai trop mal », Than Hong Bui serre Le Tan dans ses bras. La mère de Sophie demande que le témoignage soit arrêté.

J’ai le devoir moral de dire à Madame Le Tan que mes collègues et moi nous inclinons devant sa douleur

Maître Francis Metzger, avocat de Jean-Marc Reiser

Maître Francis Metzger, l’un des trois avocats de Jean-Marc Reiser, a déclaré : « J’ai l’obligation morale de dire à Madame Le Tan que mes collègues et moi nous inclinons devant sa douleur. Puis la femme de Hong Bui, Le Tan, le remercie. Lorsqu’elle atteint son siège, elle tombe presque.

10 h 55. La déclaration de la mère de Sophie Le Tan est très douloureuse : « Je ne peux plus parler. Ça fait mal. Sa petite sœur est très déprimée. La famille souffre beaucoup. »

«Nous avons organisé une petite fête d’anniversaire le 18e anniversaire de Sophie parce qu’elle travaillait et était occupée. Pour ses 20 ans [le 7 septembre 2018, jour de sa disparition], nous voulions organiser une grande fête. Sophie est très gentille, elle me parle de tout, ne me cache rien. Chaque fois que je l’appelle, elle répond toujours. A 9 heures ce jour-là, je l’ai appelée mais elle n’a pas répondu. Je pensais qu’elle était fatiguée et qu’elle dormait un peu parce qu’elle travaillait la nuit. A 10h30 je n’avais toujours pas de nouvelles et j’étais très inquiet. Je suis allé à la gendarmerie, ils m’ont dit de revenir dans deux jours car Sophie était déjà majeure. J’ai appelé toute la famille, les amis de Sophie qui sont allés à la police de Strasbourg. Même réponse. Je ne comprenais pas pourquoi cela n’avait pas été immédiatement étudié. Je n’ai rien pu faire pendant les deux jours d’attente. j’ai craqué »

Il était la personne principale de la famille pour tout, la paperasse, pour tout. Maintenant, elle est partie.

Puis Hong Bui épouse Le Tan, la mère de Sophie

10h50 « Sophie était intéressée par l’appartement [proposé à la location par Jean-Marc Reiser rue Perle à Schiltigheim] car le loyer n’était pas cher », poursuit Le Tan, la femme de Than Hong Bui. Elle voulait prendre soin d’elle. Il était la personne principale de la famille pour tout, la paperasse, pour tout. Maintenant, elle est partie. »

« À l’âge de 9-10 ans, elle prenait déjà soin d’elle-même. Elle ne voulait pas que ses parents s’occupent d’elle. Elle voulait acheter une grande maison pour la famille afin que la famille soit heureuse et ne manque de rien. Elle envisageait d’acheter un petit appartement pas cher à Strasbourg pour loger sa petite sœur et ses parents n’auraient pas à s’en soucier. »

Même les animaux s’aiment. Comment cette personne a-t-elle pu faire une chose pareille ?

Puis Hong Bui épouse Le Tan, la mère de Sophie

10h40 Entrée de la mère de Sophie Le Tan, conduite par un interprète vietnamien. Than Hong Bui Mme Le Tan, 50 ans, femme au foyer, s’exprime à voix basse en vietnamien : « C’est la fin de ma souffrance. Je ne sais plus quoi dire. Maintenant c’est au jury du circuit de juger celui qui a tué ma fille. Même les animaux s’aiment. Comment cette personne a-t-elle pu faire une chose pareille ? sanglotait-elle. « J’aime beaucoup ma fille. J’aimerais la retrouver, mais comment ? Je n’ai pas d’avenir. »

10h30 C’est maintenant au frère aîné de Sophie, Philippe de Cernay, de prendre position. En tant que gardien et veilleur de nuit, il montre sa grande affection pour sa petite sœur : « C’est elle qui m’a fait tenir, moi que je me sens le moins à l’aise et dans la vie. Elle a su me conseiller et me donner des idées sur ce qu’il fallait faire. »

Philippe a vu sa sœur pour la dernière fois le 6 septembre 2018, la veille de sa disparition. Il « a envoyé une chaîne de messages pour voir si elle répondait ».

Ce n’est pas la même chose pour nous. Il n’y a plus de joie

Sylvie, la petite soeur de Sophie Le Tan

10h25 « C’est plus pareil pour nous. Il n’y a plus de joie. Nous ne pouvons pas trouver un moyen d’être heureux. Je ne sais pas comment l’expliquer. Nous avons beaucoup gardé nos émotions pour nous. Ce n’est pas notre habitude de montrer nos sentiments. [Dans la culture vietnamienne] nous sommes humbles. Tout le monde a commencé à s’isoler un peu. »

10h20 Les deux sœurs ont échangé des messages avant la disparition. Sylvie ne savait pas si l’appartement était à Strasbourg ou à Schiltigheim. « Sophie avait prévu de prendre le bus pour Mulhouse après la visite. Elle devait venir me chercher à l’école à midi. J’ai attendu de l’avoir au téléphone pour lui souhaiter son anniversaire. Le 7 septembre 2018, jour de sa disparition, Sophie Le Tan fêtait ses 20 ans.

Le 7 septembre 2018, Sophie avait prévu de prendre le bus pour Mulhouse après la visite de l’appartement [pour fêter son anniversaire avec nous à Cernay]. C’était impensable qu’elle ne nous donne pas de nouvelles

Sylvie, la petite soeur de Sophie Le Tan

Sylvie a pu localiser Sophie rue Perle à Schiltigheim grâce à l’application mobile Snapchat le matin du 7 septembre 2018. « Dès les premières heures, j’étais très inquiet. Ce n’est vraiment pas dans sa personnalité [ne pas donner de nouvelles]. J’ai cherché un accident de bus mais je n’ai rien trouvé. Je pense que je suis le plus proche d’elle. Elle me dit tout. Il est impensable qu’elle ne nous prévienne pas. »

Véhicules hybrides et électriques hors taxes : feuille de route
Sur le même sujet :
La durée d’amortissement d’un bien permet de connaître le taux qui sera…

« Elle avait énormément de qualités » : l’enquêtrice n’a entendu personne dire du mal de Sophie Le Tan

« Elle avait énormément de qualités » : l'enquêtrice n'a entendu personne dire du mal de Sophie Le Tan

« Nous sommes allés avec ma mère à la gendarmerie de Cernay pour signaler sa disparition. J’ai prévenu certains de ses amis. Voir l’article : Suivant les traces de Tesla, Hyundai lancera des panneaux solaires et des batteries domestiques. J’ai réussi à me connecter sur ses réseaux sociaux pour voir ce qu’elle faisait. J’ai compris qu’il n’était pas destiné à disparaître comme ça. »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », des cookies et autres traceurs sont stockés et vous pouvez en visualiser le contenu (plus d’informations).

Solarwatt ouvre 3 nouvelles usines de fabrication
Lire aussi :
Environ 35 millions seront investis dans les trois nouveaux sites de production…

Douée pour les langues, parlant français, vietnamien, anglais et allemand, Sophie et jouait les interprètes pour ses parents qui parlent mal le français, notamment pour les démarches administratives et médicales.

Douée pour les langues, parlant français, vietnamien, anglais et allemand, Sophie et jouait les interprètes pour ses parents qui parlent mal le français, notamment pour les démarches administratives et médicales.

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies », vous autorisez l’installation de cookies et autres traceurs pour stocker vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire. A voir aussi : Quelle est la solution pour recharger une voiture électrique à l’énergie solaire ?.

Deux femmes françaises et suisses reçoivent le prix du meilleur inventeur 2022 de l'Office européen des brevets
Voir l’article :
PARIS : « Le conseil va trembler ! » a déclaré l’ex-petite amie de…

Une jeune femme timide, fidèle, mais aussi très indépendante et avec du caractère

Une jeune femme timide, fidèle, mais aussi très indépendante et avec du caractère

Vous avez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de confidentialité. ?

Gérer ma sélection

La police du 11 septembre 2018 lance un appel à témoins suite à la « disparition inquiétante » de Sophie Le Tan :

10 h 15 « Ça m’a fait mal au cœur d’entendre la version des accusés de ma sœur », poursuit Sylvie. C’est aussi grand qu’une maison qu’il trouve des excuses pour quelque chose qui ne peut être excusé ou justifié. »

[Sophie] n’est pas quelqu’un qui perdrait du temps avec un vieil homme. Elle ne tolère pas les relations avec une personne ayant une différence d’âge, elle n’est pas frivole

Sylvie, la petite soeur de Sophie Le Tan

Sylvie parle de sa sœur au présent. « [Sophie] n’est pas quelqu’un qui perdrait son temps avec un vieil homme. Elle ne tolère pas les relations avec une personne de différence d’âge, ce n’est pas une personne frivole. »

« Elle avait des projets immobiliers car notre mère avait des terres au Vietnam. C’était le désir de réussir et d’aider mes parents qui les motivait. Elle cherchait un appartement pour être indépendante et ne pas dépendre de ses parents. »

10h05 Les parties civiles viennent témoigner. La première à se rendre au bar est Sylvie, la petite sœur de Sophie. « Sophie était une personne formidable, elle a apporté beaucoup de bonnes choses à son entourage », a déclaré l’étudiante de 21 ans. Nous savons que nous avons perdu quelqu’un d’important. Nous ne comprenons pas comment cela a pu arriver. Elle était prudente, elle respectait sa compagnie. »

[Sophie Le Tan] a su analyser les situations pour ne pas se mettre en danger

9h35 Sophie « était timide, réservée, réservée. Elle savait analyser les situations pour ne pas se mettre en danger », raconte l’enquêteur personnalité, interrogé par maître Rémi Stephan, l’un des deux avocats des parties civiles.

Maître Gérard Welzer, l’autre avocat des parties civiles, liste les qualificatifs en demandant s’ils correspondent à Sophie. «Gentil, sérieux, brillant, travailleur, prudent. L’intervieweur hoche la tête à chaque adjectif. « C’était une jeune fille modèle ? ‘ demande l’avocat du barreau d’Epinal. « Elle avait beaucoup de qualités », répond l’enquêtrice, qui n’a relevé aucune appréciation négative de la part de ses interlocuteurs.

> Notre résumé de la deuxième journée du procès

> Notre résumé de la deuxième journée du procès

9h20 La matinée débute par l’audition de l’enquêteur personnalité intéressé par le CV de Sophie Le Tan.